Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 11:52

Avant d'aborder la doctrine Neo-Tech/Zonpower et afin qu'il n'y ait aucun malentendu quand au but réel poursuivi par les Illuminati, nous allons rendre public pour la première fois, deux documents exceptionnels du Groupe 666 établis à suite de réunions ultra-secrètes qui eurent lieu à Toronto en 1967 et 1985...

Voir ici :

http://www.youtube.com/watch?v=aTcf3NV-qdI&list=UUDBsJ1q4dQ_LhEuyWyRdC0Q&index=3&feature=plcp

 

Dix huit ans après la réunion de juin 1967, la Loge 666 organisa en 1985 une nouvelle réunion secrète à Toronto. Elle avait pour but de finaliser les dernières étapes du plan de 1967, par une série de 27 articles, devant déboucher sur la chute des Etats-Nations, et sur la prise du Pouvoir International par les Nations-Unies...


Repost 0
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 16:35

      

 
La guerre vient d’être déclarée
1)«COUPER LES COMMUNICATIONS DE L’ENNEMI»
EST LE PRÉAMBULE À TOUTE ATTAQUE MILITAIRE

- Au cours de l’année passée, dans presque tous les pays d’Europe, de nouvelles lois ont obligé les petites radios locales à obtenir une licence pour avoir le droit de continuer à émettre, et n’ont jamais reçu la dite licence qui est «en cours d’étude». Toutes ces radios privées sont répertoriées et peuvent donc être suspendues à tout moment pour «ne pas satisfaire à toutes les réquisitions legales».


– Concernant Internet, la «loppsi 2» permet au gouvernement d’espionner les ordinateurs de tous les particuliers depuis le début de cette année…mais ce n’est pas fini, la LOPPSI 3 est en marche (reçu ce jour de l’un des membres de ce site) pour augmenter la censure sur internet – Mais aussi, une autre manigance, internationale celle-ci, est en cours pour pouvoir bloquer n’importe quel usager au niveau international : son nom est « ACTA ».


ET APRÈS, comment serons-nous avertis de ce qu’il se passe et quel moyen aurons-nous de nous informer les uns les autres, lorsque seuls les médias officiels s’exprimeront ?

2) « S’ASSURER DE LA SUPÉRIORITÉ DES ARMES »,appartient à la stratégie militaire aussi classique qu’évidente.
– Le traité de Lisbonne prévoit la peine de mort pour les «insurgés».

Or le mot «insurgé» se définit ainsi : «qui se rebelle contre le pouvoir».     
Le «pouvoir», c’est le gouvernement, représenté physiquement par ceux qui transmettent leurs ordres : les «autorités légales». Ce qui signifie que la négation d’obt
empérer aux ordres des autorités légales est une insurrection passible de la peine de mort.    

Que ferez-vous lorsque la loi vous obligera à vous faire implanter un microchip ?
Que ferez-vous lorsque la loi vous obligera à vous faire vacciner ?    
Or, c’est ce qui est prévu dans les textes.    

Cette loi d’obligation du microchip implanté est passée aux USA et le sera bientôt en Europe. A tout moment, par d’autres lois récemment passées au niveau de l’OMS, une pandémie peut être déclarée, déclenchant «l’ordre de vaccination» pour toute la population, ainsi que «l’état d’urgence».     

Que ferez-vous face aux «autorités armées» qui se présenteront chez vous pour emmener vos enfants se faire «vacciner» ?- Des brigades policières d’un nouveau genre sont en cours de formation chapeautées par l’OTAN, leur particularité : formation à la guerilla urbaine en pays étranger. Car pour être sûr de forces armées qui n’hésitent pas, le mieux est d’utiliser des brigades étrangères au pays.- La continuité logique était donc de doter ces «autorités légales» des armes nécessaires pour tuer et interdire toute forme de rébellion, cela vient d’être fait :    

Par décret du 1er juillet 2011, les policiers et gendarmes seront désormais équipés de fusils de guerre à répétition avec balles réelles !Ce décret est la rupture du droit fondamental de l’être humain de manifester son désaccord!

Et c’est en France! Le pays de la liberté d’expression!?

Il ne fait aucun doute que le réveil des populations qui a motivé le mouvement des indignés leur fait peur : les politiciens sont maintenant dans la même situation que les chefs nazis lorsqu’ils sentirent que la guerre était perdue et qu’ils risquaient de devoir répondre de leurs crimes.     

C’est dans ce genre de période que les criminels tentent le tout pour le tout, et dans les mois qui viennent il faut s’attendre à ce qu’ils usent de tous les moyens pour mater la population, et que, par précaution, ils commenceront aussi à préparer leur retraite en pillant tout ce qui est possible.     

Ce n’est pas encore la guerre civile parce que nous sommes au mois de juillet, parce que le mouvement des indignés traîne à se développer en cet été, et parce que le gouvernement n’a pas encore imposé ses nouvelles lois, mais de son côté, il s’y prépare. Et s’il s’y prépare, c’est qu’il s’attend à de fortes réactions aux prochains diktats, sachant par avance que ceux-ci seront contestés par la population, diktats qui, selon les indications données par les dates auxquelles ils ont pris ces mesures, seront imposés probablement à partir de début 2012 et auront pour finalité d’empêcher le moindre changement dans le système de la république, car «Changez de Président si vous voulez, mais ne touchez pas au système qui nous permet de contrôler celui-ci».

Voici quel est le diktat du Nouvel Ordre Mondial, et si nous le bravons, ils n’hésiteront pas à utiliser la terreur pour annihiler notre volonté de changement! C’est ce qu’indiquent clairement les nouvelles mesures qui viennent d’être prises entre l’OTAN et l’ONU !

Ce décret ne peut être considéré autrement que comme une «déclaration de guerre des politiciens contre le peuple».

Alors, non seulement nous ne pourrons plus communiquer entre nous, ni être informés des évènements, mais en plus, dans les villes où les gens peuvent se réunir pour se défendre, nous aurons à affronter des forces armées, spécialement entrainées à tuer, pour essayer de protéger nos enfants du microchip ou des vaccinations létales !

Quels sont ces évènements prévus pour cette fin d’année qui risquent de faire exploser le peuple?
 
Bien évidemment, le premier de tous est l’effondrement économique, qui fait que tous ceux qui possèdent des plans d’épargne, assurance vie, placements et autres « papiers » vont tout perdre. Et aussi, quand tous ceux qui ont payé toute leur vie des charges pour avoir droit à une retraite et à la sécurité sociale, s’entendront dire qu’ils ont payé pour rien, car les retraites ne pourront plus être payées à partir de 2013, et la sécurité sociale va être « réformée » (privatisée)…

Dans le même temps, l’hyperinflation que j’avais annoncé en fin de l’année dernière a déjà commencé et va s’accentuer durant le second semestre, au point que beaucoup de familles commenceront à devoir se restreindre sur l’alimentation.Tout cela est inévitable!   

Il s’ensuivra donc des manifestations de plus en plus violentes et le mouvement des indignés prendra une ampleur qui exigera les réponses « musclées » que permettront ces nouvelles mesures.    

Le chaos social conduira naturellement à des dictatures policières. La seule question est: avant ou après les élections? Le but actuel est de faire « tenir le système » le plus longtemps possible, occasion pour les riches de s’engraisser encore plus pour être en position dominante une fois la crise passée grâce à l’or qu’ils ne cessent d’accumuler depuis 5 ans.    

Le gouvernement actuel a déjà perdu toute légitimité, il n’est plus qu’une mafia qui ne se maintient que par la force armée, et les vrais dirigeants de l’ombre ont déjà prévu leur remplacement, soit par l’un de ces nouveaux politiciens qui offrira à son tour l’espoir d’un « vrai » changement et cela repartira pour 5 ans, soit par l’instauration anticipée d’une dictature militaire, dictature qui, sinon, n’interviendrait que durant le mandat suivant lorsque les gens se rendront compte une fois de plus que leur espoir a été déçu, car AUCUN des politiciens en lice qui serait élu ne pourra changer quoi que ce soit au système du gouvernement du « Nouvel Ordre Mondial »

Il y a donc lieu de s’alarmer et d’avertir !

 QUE FAIRE ?
D’abord, et de toute urgence, se débarrasser de toutes les valeurs bancaires (attention, ce n’est pas si facile: beaucoup de membres de ce site m’ont fait part de leur difficulté à ce que la banque rembourse les livrets, les comptes bloqués, les placements …) et acheter or et argent (malgré le cours), ou éventuellement de la terre. (ici l’entrevue très récente de Pierre Jovanovic pour ceux qui s’intéressent sérieusement à l’économie).

Ensuite, si vous êtes comme moi convaincus que c’est le système lui-même qu’il faut changer, participez à informer qu’il peut exister autre chose que la république: « Le message des indignés » est fait pour cela.

Voici le commentaire de l’un des premiers lecteurs, paru sur le blog « sos-crise »:

J’ai vraiment été enthousiasmée par la lecture (E-Book) d’un petit ouvrage sorti très récemment
“ Le message des indignés” de Kiré Eliroif, qui donne les grands principes de ce qui pourrait constituer une société véritablement Humaine, hors des sentiers battus de la soi disant démocratie ou république que nous subissons depuis des lustres !….Nos gouverne-MENTS nous ont conditionné pour cela et c’est ainsi que nous continuons à subir pour la plupart d’entre nous tout en espérant un monde meilleur…Le président Winston Churchill était à ce propos d’une cruelle lucidité lorsqu’il disait:  » Tous les êtres humains trébuchent un jour sur la vérité. La plupart se relèvent rapidement, secouent leurs vêtements et retournent à leurs préoccupations, comme si de rien n’était….! «   Dans l’ouvrage que je vous recommande vivement, comment ne pas être révolté à la lecture de certaines directives données aux personnes censées nous représenter, comme ce texte remis (en Top secret) aux responsables politiques chargés de l’Education Nationale de tous les pays contrôlés par le club Bilderberg depuis les années 70-80 ? – dont la France bien sûr ! – ( groupe “occulte” qui fait la pluie et le beau temps dans le monde )  (…..) Voilà pourquoi je reste persuadée qu’il y a URGENCE de nous redresser, de retrouver notre dignité bafouée en nous UNISSANT autour de Causes communes, la plus pressante étant celle de CROIRE A NOUVEAU QUE NOUS POUVONS CHANGER NOTRE MONDE et ce petit livre en est une ébauche, l’ébauche de ce Nouveau Monde dont nous rêvons….D’autres l’ont fait avant nous et l’ont payé de leur vie hélas: Martin Luther King, Gandhi, J.F Kennedy et bien d’autres inconnus encore…. Cela ne doit pas nous décourager au contraire, mais nous inciter à marcher dans les pas de ces Héros, pour notre LIBERTE et celle de nos enfants, pour notre Terre-Mère Gaïa.

Ce petit bouquin est un véritable «trésor» pour divulguer la démosophie, car il offre en détail le modèle de gouvernement démosophique qui peut remplacer la république et faire perdre au « Nouvel Ordre Mondial » son emprise sur le pays, malheureusement il ne peut être publié en France, et les frais d’expédition interdisent son envoi individuel (7 euros de frais pour un livre qui en vaut 5 !), c’est pourquoi il ne peut être expédié que par pack de 10 exemplaires. Ceux d’entre vous qui le peuvent, merci d’un effort pour transmettre cet ouvrage à votre entourage. Si par hasard, un libraire me lit, merci de me contacter par le site Web pour des conditions spéciales à partir de 10 packs. 
  
Vous pouvez aussi apporter votre concours:

 - En traduisant ce petit ouvrage dans une autre langue (sauf italien, espagnol et arabe)    

– En participant à l’équipe de volontaires pour les élections (il manque encore quelques membres).   

– En créant vous même des vidéos ou des blogs diffusant le concept démosophique.    

– En vous offrant comme partenaire pour gérer les blogs anglais (traductions, animation des forums).

NOTA. – En marge de la Démosophie, je continue d’oser dire,

IL Y EN A MARRE!

(Cette fois la fausse crise économique).« Changer le monde » Les libres penseurs francophones«

Profitons du fait que un site comme celui-ci soi encore accessible, bientôt cette loi ne sera plus seulement en Europe, mais partout dans le monde.

Ils (les élites) auront tous les outils pour contrôler l’information qui est sur internet, il ne nous restera seulement ce qu’ils veulent nous faire croire… »
Bleu66

http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=683

Repost 0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 13:15

http://r29.imgfast.net/users/2915/62/07/64/smiles/991479.gif

http://r29.imgfast.net/users/2915/62/07/64/smiles/273561.gifWeb:
La police a désormais accès à toutes vos données personnelles 



Un décret oblige désormais les fournisseurs de services sur Internet à conserver pendant un an mots de passe, traces d'achats ou commentaires laissés sur le web par les internautes. La police pourra y avoir accès lors d'enquêtes, ainsi que le fisc ou l'URSSAF. Tollé général sur la Toile.


La publication du décret au Journal Officiel a immédiatement provoqué une levée de boucliers des défenseurs de la liberté sur le web.

Sites de commerce en ligne, fournisseurs d'accès à Internet, gestionnaires de comptes e-mail ou plateformes de vidéo (YouTube, Dailymotion...) doivent désormais conserver pendant un an l'intégralité des informations renseignées par l'internaute sur les sites concernés.

Obligation de communiquer les mots de passe

Les données en question sont notamment: les nom, prénom et raison sociale; adresses postales; pseudonymes utilisés et mots de passe; adresses électroniques et mot de passe associé; numéros de téléphone; adresses IP; heures et dates précises de connexion et de déconnexion.

En clair, l'ensemble des informations personnelles des internautes, y compris les plus confidentielles, sont désormais mises à disposition des autorités. Un gestionnaire de boîtes e-mails (Yahoo, Hotmail, Gmail par exemple) est dorénavant dans l'obligation de conserver la totalité des informations données par l'internaute lors de son inscription, y compris son mot de passe, ainsi que « les données permettant de le vérifier ou de le modifier ». Autrement dit la fameuse "question" à laquelle une réponse a été attribuée.

Police, fisc, URSSAF, douanes... Sont également concernés par ce pistage, les commentaires postés sur des forums de discussion, les billets publiés sur des blogs ou encore les vidéos ou photos mis en ligne sur les grands sites spécialisés.

Cet ensemble de données devra être rendu disponible, pour les besoins d'enquêtes diverses, à tout un ensemble de services. Et officiellement pour des besoins précis. La police et la gendarmerie en tout premier lieu. Mais également les services du fisc, lorsqu'ils mènent des investigations sur les contribuables. Ceux de l'URSSAF, en cas notamment de suspicion de fraude. Ceux de la répression des fraudes également, concernant essentiellement les ventes sur Internet. Ou encore les agents des douanes.

Le décret élargit ainsi le champ d'application de la loi du 21 juin 2004 qui ne préconisait l'utilisation de ces données que par la police et la gendarmerie et « afin de prévenir les actes terroristes ».
« C'est Big Brother ! »

Sa publication provoque déjà une levée de boucliers de la part d'associations d'usagers d'Internet, mais aussi des opérateurs concernés par cette obligation. Nombreux soulignent les risques d'atteinte à la vie privée.

Pour Jérôme Thorel, président de l'ONG Privacy France, « cela va à l'encontre des principes fondamentaux d'une démocratie. C'est disproportionné, c'est sans commune mesure avec le Big Brother qu'avait pu imaginer George Orwell ».

Pour sa part, l'Association française des Services Internet communautaires (ASIC, regroupant notamment les branches françaises de Google, Facebook, PriceMinister, Dailymotion ou encore Ebay) envisage de saisir le Conseil d'Etat pour faire annuler le décret. Selon l'ASIC, « stocker certains mots de passe ou contenus est interdit par la loi ».

 

Repost 0
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 08:55
A faire savoir à vos parents, amis, faire circuler le plus largement possible



Le film- documentaire de l'année " NOS ENFANTS NOUS ACCUSERONT"
Sort en salle le 5 Novembre prochain.


Il sera projeté 3 jours, les 5, 6 et 7 novembre.

Si à l'issue de ces 3 jours, l'audience n'a pas connu assez de succès, il sera retiré de l'affiche
...Or, ce film offre l'opportunité d'une prise de conscience des élus pour que nos enfants aient une nourriture saine bio dans les restaurants scolaires, écartant les pesticides, additifs de toutes sortes, aspartame, glutamate etc...

INTERVIEW du réalisateur, Jean-Paul Jaud :

En attendant la sortie du film "Nos enfants nous accuseront" en salles (Automne 2008), FemininBio est allé à la rencontre de son réalisateur, le très engagé Jean-Paul Jaud, qui nous livre ici un témoignage réaliste et une vision percutante sur notre alimentation actuelle.
A voir de toute urgence.


http://www.femininbio.com/gestes-ecolos-au-quotidien/videos/nos-enfants-nous-accuseront.html

Repost 0
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 17:51

Justice pour Troy Davis
envoyé par lilalilou
Rassemblement suite à l'appel d'AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
le 23 Octobre 2008 à PARIS - Place Saint Michel!!!

____________________________________________

http://www.amnesty.fr/index.php/amnesty/s_informer/actualites/urgence_pour_troy_davis

L'excécution est prévue pour le 27 octobre  !!!!!!
____________________________________________

Tél de la cour suprême de Géorgie:
00-1-(404)-651-6599

____________________________________________

Écrivez une lettre personnalisée à l'ambassade des USA,
adresse de l'ambassade des Etats Unis à Paris:
2, avenue Gabriel
75008 Paris

_____________________________________________

CREEZ UN BUZZ SUR LE NET SVP, C EST LA VIE D UN HOMME QUI EST EN JEU!!!!!

Continuez à vous mobilisez SVP ça URGE!!!!!!!

MERCI  DE  FAIRE CIRCULER 
Repost 0
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 13:46
Quand le futur ruine le présent.

Lorsque la valeur des actifs baisse, la promesse de richesses futures qu'ils portaient tente de se réfugier dans le présent. Ce faisant, la dette future devient une dette pour le présent. Et le ruine.


On considère habituellement un actif, c'est-à-dire une épargne « placée » comme une richesse disponible. Mais cette disponibilité ne sera utilisée que dans un futur plus ou moins lointain. Le jour où ce droit de retrait sera exercé, l'emprunteur devra pouvoir extraire cette richesse du présent pour rembourser le créancier. A charge pour lui entre temps d'avoir utilisé ce prêt pour accroître les richesses tangibles. A l'inverse, lors de sa conversion en actif, l'épargne présente - liquide - change de nature. Elle abandonne sa forme de richesse actuelle, la monnaie - qui est une dette sur le présent au sens où elle porte en elle l'exigence d'une contrepartie dans les biens circulants - pour se transformer en une dette tirée sur un futur à venir, plus ou moins distant, selon ce que les professionnels appellent les « maturités », la durée de l'engagement.

Ce principe de base, que l'on peut appeler « conversion de maturité » - l'échange de présent pour un futur - est mis en œuvre à tous les niveaux de l'activité économique. Par les banques, bien sûr, mais aussi par les entreprises, les bourses, et même les Etats.

Or ces machines à transformer les maturités partagent toutes un point commun : lorsqu'elles sont soumises à des demandes de retraits massifs, elles s'effondrent. D'abord parce que la vente massive et simultanée des actifs crée à tout coup un marché baissier. Mais la raison fondamentale de cette faillite de la « conversion inverse de maturité », du futur au présent, est celle-ci : aucun présent ne peut supporter en même temps la réalisation de tous les futurs qui auraient du normalement s'échelonner.

Ces conversions - c'est-à-dire ces retraits - peuvent avoir classiquement plusieurs causes. Le manque de confiance apparemment injustifié lorsque les fondamentaux sont sains, on parle alors de crise de liquidité. Le manque de confiance justifié, lorsque l'établissement a fait des investissements générant des pertes, et c'est alors une crise d'insolvabilité. Et enfin un besoin pressant de liquidités de la part des déposants.

Dans la situation actuelle, faite de doute généralisé et de certitudes de pertes - dont le niveau réel est toujours indéterminé mais augmente mécaniquement plus cette crise se prolonge et se diffuse - ces trois ingrédients sont présents simultanément dans l'ensemble du système et se renforcent les uns les autres. Certains sont inquiets pour la valeur de leurs investissements, d'autres veulent « sortir » pour limiter leurs pertes et les derniers cherchent frénétiquement des liquidités pour couvrir des pertes déjà subies. Dans tous les cas, les ventes d'actifs requises pour rembourser les déposants poussent les prix à la baisse, en un cercle vicieux qui s'auto alimente.

Les paniques de retrait bancaire, dont le monde développé croyait qu'elles appartenaient au passé, sont l'archétype de ce mécanisme. Par nature, aucune banque, qui utilise des dépôts à court terme pour financer des investissements à long terme, ne peut résister à une demande massive de remboursement. Lorsque tous les déposants se présentent au guichet, n'importe quelle banque est mise en faillite, même si sa situation est saine. Cette réalité est comprise depuis fort longtemps, et c'est pourquoi toutes les banques de dépôts sont adossées à une banque centrale qui fournira le cas échéant les liquidités devant permettre de faire face à ce genre de situation.

Mais ces retraits ne ruinent pas uniquement les banques.

La bourse offre également un exemple de ce mécanisme. La capitalisation boursière n'est que virtuelle. Elle ne conserve sa valeur que tant que les demandes de retraits sont inférieures en nombre aux offres des investisseurs entrant sur le marché. Que tous les détenteurs d'actions tentent en même temps de sortir, de « réaliser » leur capital, et ils sont à coup sûr ruinés.

Les Etats - on le voit en ce moment - peuvent aussi être mis à genoux par une vague de retrait massif des capitaux étrangers. Lorsqu'un investisseur étranger veut rapatrier ses capitaux - le plus souvent en dollars - il doit convertir ses créances de la monnaie locale vers le billet vert. Que tous les investisseurs étrangers se mettent à vendre en même temps leurs devises locales contre des dollars et comme dans tous les marchés où les vendeurs sont plus nombreux que les acheteurs, le cours du bien - ici la monnaie du pays - s'effondre. C'est pour se préserver contre ce danger que les banques centrales des pays émergents ont accumulé force dollars ces dernières années. Elles peuvent ainsi jouer le rôle de l'acheteur de dernier recours et soutenir le cours de leur devise. Mais les volumes mis en jeu ces derniers temps ne leur permettront pas de tenir très longtemps. Autre cas de figure de conversion, une vente massive de bons du Trésor - américains par exemple ? - produirait le même résultat.

Dans tous ces cas, banques, bourses, Etats, le phénomène est le même. Les retraits qui auraient du en temps normal s'étaler dans le temps sont tous effectués au même moment et ce flot emporte peu à peu toutes les digues.

Comment pourrait-il en être autrement ? Car c'est en fait à un raccourcissement du temps auquel nous assistons. Les promesses de retraits futurs ne peuvent évidemment être tenues que si les demandes s'échelonnent l'une après l'autre. La conversion inverse des maturités - du long au court - de l'actif au liquide, équivaut une ponction sur la richesse du jour au moment où elle est effectuée.

Mais aucun présent ne peut suffire à réaliser toutes les promesses de futur en un seul jour.

Face à cette situation intenable par nature, il n'y a que de mauvaises solutions.

Constater que les promesses ne seront pas tenues. L'actif est liquidé en une perte sèche : disparition des retraites gérées par les fonds de pensions, baisse de l'immobilier. Résultat : déflation.
Adosser l'émetteur de la promesse à quelqu'un de plus solide - l'Etat - en espérant ainsi mettre un terme à l'exigence de preuve immédiate - au retrait. Ce faisant les dettes privées des banques deviennent les dettes publiques de l'Etat, donc des contribuables. Ce processus d'amplification de la dette et du risque associé compromet la valeur de la monnaie. Résultat à terme : inflation.
Tenter d'incorporer au présent une partie de ce futur : émettre de la monnaie pour racheter les actifs.
Résultat : inflation.
Interdire d'exercer dans le présent son droit sur le futur : bloquer ou limiter les retraits, contrôler la circulation des capitaux, fermer les bourses. Résultat : reculer l'heure des comptes et accroître l'incertitude.

Dans tous les cas, cet afflux de futur au guichet du présent s'avèrera ruineux.

Mais au-delà du constat, cette grille de lecture - fort peu académique, au demeurant - de la crise comme l'expression d'un dysfonctionnement de la relation au temps peut donner aussi quelques clés de compréhension. Si l'on interprète la crise actuelle comme une inflation déraisonnable de futur soumis aujourd'hui à un processus de dégonflement subit, on peut lire différemment les processus qui ont encouragé cette inflation.

La dette : c'est le coupable le plus évident. Comme le rappelle Paul Jorion, le crédit à la consommation est une perversion fondamentale d'un mécanisme qui à l'origine n'a de sens que s'il permet d'accroître la production ou d'étaler dans le temps l'acquisition d'un bien durable au-delà de l'extinction de la dette. Le crédit à la consommation, cette traite sur le futur, qui en court-circuitant l'attente a pour effet de réduire les revenus de demain d'un montant supérieur à celui du bien consommé aujourd'hui, se traduit par un appauvrissement et rien d'autre. Il est l'inverse d'une augmentation de richesse tangible et durable. Et lorsque les ménages en sont réduits à l'emprunt pour subvenir à leurs dépenses courantes, l'empilement de ces traites garantit le non remboursement du principal. C'est le principe même du revolving, la dette éternelle.

Les inégalités : combien pèse un milliardaire en euros en année de travail de salarié français ? Retenez votre souffle. 55 555 ans. Plus de 50 millénaires, 25 fois l'unité de compte de la civilisation occidentale.
Faites le calcul vous-même, divisez un milliard par 18 000 euros, 12 fois les 1500 euros du salaire net médian en France. En mobilisant le travail de 10 000 personnes durant cinq ans, on n'est sans doute pas loin de l'effort requis pour bâtir une pyramide. Voilà l'échelle de durée des nouveaux pharaons du temps présent. Celle d'un droit de tirage insensé sur les richesses produites par les sociétés, qui pour assurer simplement sa perpétuation exige une rémunération toujours plus élevée par le jeu des intérêts composés, et ce faisant induit un appauvrissement toujours plus grand de la société qui l'héberge. Inflation de futurs disions nous. C'est hyper-inflation qu'il faudrait écrire, en l'occurrence.

La spéculation : les mécanismes de vente à terme - les « futures », dans le jargon de la finance - ont à l'origine une raison d'être légitime.

Protéger un producteur - en l'occurrence il s'agissait de cultivateurs - contre les variations erratiques des cours. En vendant par avance sa récolte à un prix estimé raisonnable, ceux-ci se garantissaient contre une éventuelle chute des prix. Dans ce modèle, la relation présent-futur est univoque. Un producteur se protège lui-même et uniquement lui-même. Mais ce mécanisme de protection a été étendu sans limite. Point n'est besoin aujourd'hui d'être détenteur du bien à vendre pour parier sur la valeur future de celui-ci. C'est le principe même de la vente à découvert - des naked shorts - qui sont en ce moment interdits par les autorités boursières.
Là aussi, l'inflation de futur par rapport au présent - au bien réel - produit ses effets néfastes en multipliant à l'infini les occasions de paris qui amplifient de façon fort néfaste les variations des cours, comme la récente fièvre sur le pétrole l'a à nouveau démontré. Certains diront sans doute qu'il faut être deux pour faire un pari, et que ce ne sont là que des transferts à somme nulle. Somme nulle ? Ce n'est sans doute pas l'avis des français qui ont du cet été raccourcir leur vacances à cause de la facture carburant, mais passons.

L'inflation des actifs boursiers : la hausse des cours de bourses est vue comme un bienfait, la preuve de la bonne santé de l'économie. Mais encore une fois, l'inflation de futur est à l'œuvre. Le critère couramment utilisé pour mesurer la valeur d'une action est le Price Earning Ratio, qui exprime la valeur de l'action en nombre d'années de dividendes perçus. Durant les phases spéculatives il peut atteindre 40. Ce qui signifie qu'à défaut de vendre, il faudrait patienter 40 ans pour retrouver le montant de son investissement. Pourtant, lorsque le PER est multiplié par deux, comme cela se produit en phase ascendante, aucune richesse réelle, tangible n'a été créée. Seul le droit de tirage sur cette richesse réelle l'a été. C'est une inflation de promesse.

Autre exemple : lors de la bulle Internet, une autre métrique était utilisée pour estimer une entreprise : celle de la valeur du client. A l'époque, 4500 euros était devenu un chiffre courant, et certaines opérations de rachat se sont négociées jusqu'à 7500 euros par client. En prenant pour estimation on ne peut plus optimiste un chiffre d'affaire de 450 euros par an, le point mort, le seuil de rentabilité de l'investissement, n'aurait été atteint qu'après 10 ou 15 ans, c'est-à-dire en réalité jamais. Ces chiffres, parmi d'autres, montrent à quel point la déconnection peut être complète entre la « valeur » attribuée aux actifs et la réalité de l'activité économique sous jacente. Encore une fois, l'inflation des futurs, des promesses intenables, était à l'œuvre.

Le vieillissement de la population. C'est sans doute le point le plus aveugle, le moins évoqué, le moins compris de cette crise, relevant évidemment lui aussi de la relation au futur. Bien sûr, la question des retraites est centrale dans nos sociétés. On nous répète sur tous les tons que le système par répartition est compromis, voire intenable, et que la seule solution alternative à l'allongement de la carrière est l'épargne, la capitalisation. La thèse sous jacente étant que l'épargne transformée en investissement accroîtra la productivité, donc la quantité de richesses disponibles à partager dans le futur. Or cette assertion n'est pas vérifiée.
L'afflux d'épargne ne se traduit pas - et de loin - entièrement par des investissements productifs. Il renforce une inflation artificielle des actifs, à commencer par la bourse. Dans le même temps, l'augmentation du poids relatif de la population retraitée se traduit par une ponction accrue sur la richesse produite, car dans tous les cas, répartition ou pas, le résultat est le même : les salariés doivent subvenir aux besoins des inactifs, que ce soit par la redistribution ou par la rémunération du capital. Une part croissante de la production de richesse qu'ils ont créé est donc distraite en direction des retraités. Cette transformation en profondeur de l'équilibre démographique a donc pour effet de distordre la structure des revenus et de la demande, et d'appauvrir les générations montantes, comme l'a observé Louis Chauvel. Mais c'est aussi un gisement majeur de carburant liquide alimentant une spéculation toujours grandissante
et de plus en plus détachée de l'économie réelle.

*Le prix de l'illusion*

Certes aucune société, aucune structure, ne pourrait subir sans dommage la crise de conversion des maturités que nous subissons. Mais ce processus désastreux n'est pas un simple accident de parcours né d'une mauvaise appréciation du risque dans les officines de Wall Street. C'est aussi le règlement de compte d'une calamiteuse accumulation de promesses intenables, où l'illusion de la richesse infinie avait pris le pas sur le réel.

SOURCE :
Site :
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2269http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2269
Repost 0
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 13:58
  Chers amis,

Le Canada, la France et l’Italie menacent de rompre leur promesse en matière de pauvreté en réduisant considérablement les fonds qu’ils affectent à l’aide au développement. Signez la pétition pour les en empêcher et l’expert des questions touchant la pauvreté Jeff Sachs livrera notre message aux dirigeants mondiaux qui seront réunis aux Nations Unies cette semaine !
les dirigeants du monde entier se réuniront cette semaine aux Nations Unies afin de réitérer leur appui à la lutte contre a pauvreté. Cependant, trois pays – le Canada, la France et l’Italie – menacent de saper les efforts visant la réduction de la pauvreté dans le monde en réduisant considérablement les fonds qu’ils affectent à l’aide au développement, rompant ainsi les promesses faites à la communauté internationale.

Sarkozy, Harper et Berlusconi se sont en effet engagés à destiner 0,7 % du revenu national à la lutte contre la pauvreté. Cette aide permettrait de sauver des millions de vies et leur laisserait 99,3 % de leur argent. Mais apparemment, 99,3 % n’est pas suffisant pour eux. Notre seule chance de contraindre ces pays à respecter leurs promesses en matière d’aide au développement est de sonner l’alarme à New York cette semaine. Signez notre pétition dès maintenant et faites-la parvenir à vos amis et à votre famille. Le célèbre économiste et spécialiste des questions de pauvreté à l’ONU Jeffrey Sachs fera parvenir notre message lors d’un discours qu’il prononcera devant les chefs d’État lors du sommet de l’ONU cette semaine. Plus important sera l’appui obtenu par notre pétition, plus il y a de chance que les engagements concernant la pauvreté soient maintenus. Cliquez sur le lien ci-dessous pour signer notre pétition :


http://www.avaaz.org/fr/poverty_promise_breakers/?cl=131446200&v=2212

Nous savons qu’un appel massif du public tel que celui-ci peut faire avancer les choses car des mouvements populaires semblables ont transformé la lutte contre la pauvreté au cours de la dernière décennie. Le mouvement du millénaire a permis d’annuler des centaines de milliards de dollars en dettes contractées par des dictateurs en 2000 et a incité les dirigeants mondiaux à adopter les Objectifs du Millénaire en matière de développement afin de réduire de moitié la pauvreté dans le monde avant 2015. En 2005, grâce à des initiatives de militants contre la pauvreté, les membres du G8 se sont engagés à doubler leur aide à l’Afrique. À cause de ces efforts, des millions de morts causées par la pauvreté ont été évitées et des millions d’enfants ont maintenant la possibilité d’aller à l’école, dorment sous un filet pour éviter qu’ils contractent la malaria et boivent de l’eau potable. Le Danemark, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Norvège et la Suède ont tous dépassé l’objectif de 0,7 % et l’aide au développement versée par neuf pays européens a augmenté sensiblement cette année. Si tous les pays respectent leur engagement, les programmes contre les maladies et la pauvreté extrême pourraient croître partout dans le monde.

Néanmoins, cette année, les dirigeants de certains pays semblent penser que la population n’est plus préoccupée par la pauvreté. Au Canada, un pays qui a gardé 99,7 % de ses revenus l’an dernier, Stephen Harper paraît plus intéressé à gagner les élections que de poursuivre la tradition de leadership moral qui caractérisait cette nation. Le président français Sarkozy, malgré ses initiatives diplomatiques, semble penser que le peuple qu’il représente ne se soucie pas des naissances et des morts qui se produisent hors de ses frontières. En ce qui concerne l’Italie, actuellement l’un des pays les plus chiches dans le monde en matière d’aide au développement, Berlusconi paraît heureux de réduire ce financement d’une importance cruciale. Plus encore, en qualité d’hôte du sommet du G8 l’an dernier, ses initiatives ont constitué un exemple pour les autres pays riches.

Les membres d’Avaaz provenant de France et d’Italie ont déjà commencé à inonder leur gouvernement avec des milliers de messages portant sur l’aide au développement. Mais il ne faut pas oublier que le reste du monde peut aussi jouer un rôle important en envoyant à Harper, à Sarkozy et à Berlusconi un message clair concernant la nécessité qu’ils tiennent leur promesse. Nous vous incitons donc à nous aider à faire un appel qui ne sera pas ignoré lors du sommet des Nations Unies :

http://www.avaaz.org/fr/poverty_promise_breakers/?cl=131446200&v=2212

Au cours des dernières années, des millions de personnes se sont sentis galvanisés par une idée : que notre génération soit celle qui mette fin à la pauvreté absolue. Tandis que d’autres crises nous menacent, la force de cette résolution est maintenant mise à l’épreuve. Il est temps de joindre nos efforts afin de garantir que nos dirigeants honoreront leur promesse, ce qui permettrait de déchaîner le potentiel des communautés les plus démunies.

Avec espoir,

Ben, Alice, Ricken, Graziela, Paul, Milena, Iain, Veronique, Brett et toute l’équipe Avaaz

P.S. : Pour obtenir plus d’information sur les campagnes d’Avaaz, cliquez sur le lien suivant :
https://secure.avaaz.org/fr/report_back_2
Repost 0
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 18:26

Qui dirige le système ?
envoyé par NosLibertes



Des liens à consulter et à faire circuler ..... :


Pour lire l'article :
http://www.noslibertes.org/doc/mondialisation/OMC%20les%20Cartels%20aux%20commandes.pdf

Pour aller plus loin sur la dictature :

http://www.noslibertes.org/documentation/documentation.html
Repost 0
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 08:42

A FAIRE CIRCULER PARTOUT OU VOUS POUVEZ ........

Savez-vous que mondialement, fin 2009, les vitamines ne seront plus autorisées en vente libre ?... et qu'un grand marché mondial accepté par presque tous les dirigeants, veille officiellement sur l'amplification de notre mauvaise-alimentation ?... il s'appelle le Codex... 

Prenez le temps d'écouter cette petite conférence de 12 min, très bien expliquée par Rima E Laibow, une femme médecin qui a vraiment du courage !



Pour aller plus loin sur le Codex : 


Ou encore ceci :

http://www.codexalimentarius.net/web/index_fr.jsp

http://www.morpheus.fr/HTM/morph.htm/M010_CODEX.htm 

Il est important de pouvoir agir à notre niveau pour éviter ce grand piège, mais comment faire face à un monstre ?

 David à tué Goliath, non par sa taille ni sa force mais par son intelligence et son action précise.  Se révolter face à cette organisation ne pourra faire qu'empirer les choses, ce qu'il faut, c'est créer une force libre, des électrons qui gravitent dans leur coin et peuvent contrer ce qui est programmer par le gouvernement mondial.   
 
CODEX  ALIMENTARIUS

Aux sources du Codex Alimentarius, l’histoire  inconnue de la naissance du Trust Mondial de la  Pharmaco-chimie. IG Farben

Le Trust de la pharmaco-chimie tel  que nous le connaissons fut conçu par une association de la  Rockefeller avec l’IG Farben de l’Allemagne nazie. La Standard Oil  détenue alors par John D. Rockefeller prit une participation de  15% dans ce nouveau trust germano-américain en 1939. L’industrie  IG Farben en Allemagne ne fut pas bombardée pour préserver les  intérêts de la Rockefeller. Dès 1932, l’industrie  pharmaco-chimique IG Farben finança Adolf Hitler, à hauteur de 400  000 Deutsch Mark, sans ce soutien selon le tribunal de Nuremberg  «la deuxième guerre mondiale n’aurait pas pu avoir lieu...»

 En  1941, IG Farben établît la plus grande industrie chimique du monde  à Auschwitz, tirant profit de la main d’oeuvre du camp de  concentration fabricant le gaz ZyklonB. Au procès de Nuremberg, 24  responsables de la IG Farben ont été déclarés coupables de  génocide, d’esclavage, de pillages et d’autres crimes. Le Tribunal  de Nuremberg avait alors scindé la IG Farben en BASF, BAYER et  HOECHST. Tous ces anciens responsables furent cependant libérés  après leur condamnation en 1952 avec l’aide de Nelson Rockefeller  leur ancien partenaire commercial. Il était alors Ministre des  Affaires Etrangères des USA. Une fois libérés, les dirigeants d’IG  Farben infiltrèrent les plus hautes fonctions de l’économie  allemande.

Jusque dans les années 70 les PDG des sociétés BASF,  BAYER, et HOECHST étaient des anciens membres du parti nazi. Ils  financèrent à partir de 1959 le jeune Helmut Kohl. Avec le support  politique de ce dernier les trois filiales issues de l’IG Farben  sont actuellement 20 fois plus grande que la maison mère initiale  de 1941.
L’organisation nazie de mondialisation associée à  Rockefeller est une réussite totale, depuis longtemps la planète  fut quadrillée, organisée et gérée pour assurée une expansion  industrielle mondiale de la pharmaco-chimie.  

IG Farben et le Codex> La «tradition» du cartel de IG  Farben s’est poursuivie sous un nouveau nom : Association de  l’Industrie Chimique. En 1955, l’industrie chimique pharmaceutique  mondiale s’est regroupée sous les auspices de la Chambre de  Commerce Internationale des Nations Unies et du gouvernement  allemand. Leurs efforts communs furent camouflés sous le nom de  code CODEX ALIMENTARIUS.

Un grand nombre de partis politiques  européens dits de droite et de gauche furent financés par cette  industrie pour assurer des législations favorables à l’industrie  pharmaceutique. 

Objectifs du Codex

Le CODEX ALIMENTARIUS entend  mettre hors la loi toute information alternative de santé en  rapport avec les vitamines, les thérapies naturelles, les  compléments alimentaires et tout ce qui constitue de près ou de  loin un concurrent potentiel. L’état d’esprit qui préside à la  mondialisation pharmaco-chimique explique en grande partie la  destruction systématique de tous les novateurs scientifiques  indépendants depuis 50 ans. Cette industrie emploie tous les  moyens pour garder ses parts de marché en matière de cancer, sida,  maladies cardio-vasculaires, etc...

Nous sommes en mesure depuis  des décennies de soigner et de guérir dans bien des cas toutes ces  maladies, mais de puissants procédés de désinformation sont en  place pour cacher ces vérités au grand public


La mise  hors la loi de toute information sur les médecines alternatives  bloquera l’éradication de certaines maladies assurant toujours  plus de profits à cette industrie mondiale qui ne traite que les  symptômes sans s’attaquer aux causes. Le Docteur Rath, dénonce  cette situation en ces termes : « La vraie nature de l’industrie  pharmaceutique (mondiale) est de gagner de l’argent avec les  maladies chroniques, et non point de s’occuper de la prévention ou  de l’éradication des maladies... L’industrie pharmaceutique a un  intérêt financier direct à ce que les maladies perdurent afin  d’assurer la croissance du marché des médicaments. C’est pour cela  que les médicaments sont conçus pour soulager les symptômes et NON  pour traiter les causes des maladies... Les trusts pharmaceutiques  sont responsables d’un génocide disséminé permanent, tuant des  millions de personnes...»

Le Codex mis en accusation

 Une légion de lobbyistes  pharmaceutiques est employée pour influencer les législateurs,  pour contrôler les organismes de réglementation, pour manipuler la  recherche médicale et l’éducation (dons du Trust de la pharmacie  aux Universités en 1961, Harvard 8 millions de dollars, Yale 8  millions de dollars, John Hopkins 10 millions de dollars, Stanford  1 million de dollars, Université Colombia de New York 1,7 million  de dollars, etc… °

 L’information des médecins est intégralement  financée par ces trusts qui cachent soigneusement un grand nombre  d’effets secondaires dangereux, voire mortels en les reniant  publiquement. Après avoir établi la genèse de ces crimes en col  blanc et prouvé la responsabilité des industries pharmaceutiques  concernant la mise en place d’une politique mondiale de génocide  disséminé, le Docteur Matthias Rath a remis un acte d’accusation  pour crime contre l’humanité à la Cour Internationale de Justice  de la Haye le 14 Juin 2003. 

438 Millions de pétitions au Parlement Européen
Le 13  mars 2002 nos euro-députés adoptèrent des lois en faveur de  l’industrie pharmaceutique, fixées par des dispositions du Codex  Alimentarius visant à élaborer une réglementation coercitive pour  toutes les thérapies naturelles et suppléments alimentaires. Une  manière détournée de détruire des concurrents pour prendre des  parts de marché, car la santé se vend et s’achète.

Une fronde  citoyenne de 438 millions de pétitions inonda pourtant les  messageries des euro-députés à tel point, que les communications  internes en furent bloquées. Malgré près d’un demi milliard de  pétitions, les directives du Codex Alimentarius furent adoptées.  Ce vote fut un véritable déni de démocratie augurant de futures  difficultés pour la construction de l’Europe. 

Application des directives du Codex Alimentarius

A  partir de juillet 2005 les directives du Codex Alimentarius  nommées Directive Européenne sur les Suppléments Alimentaires  doivent être appliquées sous peine de sanctions financières.
En  quoi consistent-elles?  

 1°) Il s’agit de supprimer tout  supplément alimentaire naturel. Tous seront remplacés par 28  produits de synthèse pharmaceutique à bas dosage (car toxique) et  seront uniquement disponibles en pharmacie sous prescription  médicale.

 2°) Les médecines naturelles telles que  l’acuponcture, la médecine énergétique, ayurvédique, tibétaine  etc, se verront progressivement interdites

3°) L’agriculture  et l’alimentation animale se verront réglementées selon les normes  du complexe pharmaco-chimique, interdisant du même coup  l’agriculture dite bio-dynamique

 4°) L’alimentation humaine  certifiée légale devra être irradiée ( irradiée au Cobalt)

Le  Codex Alimentarius contrôlera l’accès aux acides aminés  essentiels, les huiles de poisson, les vitamines et les minéraux.  L’élargissement des contrôles opérera progressivement mettant à  mal toutes les médecines alternatives, ancestrales ou  naturelles. 

L’heure de la solidarité
Le non massif à la  constitution européenne est aussi un non au Codex Alimentarius,  organe de propagande du complexe pharmaco-chimique qui vise le  monopole mondial le plus despotique que nous n’ayons jamais connu.  Ne pas prendre en compte l’opinion de centaines de millions de  citoyens est une très grave inconséquence de la part de nos hommes  politiques. Des centaines de millions de citoyens à travers le  monde n’entendent pas laisser des médecines naturelles millénaires  être interdites pour les parts de marché de la pseudo-science  pharmaco-chimique.

Dangers de la pharmaco-chimie
Tous les ans, 800 000  personnes meurent en Amérique du Nord sur prescriptions médicales  allopathiques.

La pharmaco-chimie tue beaucoup plus qu’elle ne  soigne. Un rapport de l’ONU affirme d’ailleurs que sur 205 000  médicaments de ces industries seuls 26 sont indispensables. Parmi  ces 26, seulement 9 devraient bénéficier d’une priorité absolue. 
Si l’on a recours aux médecines chinoise, perse et indienne ces 9  composés chimiques ne sont de presque aucune utilité.
Autant dire  que sans pharmaco-chimie le monde se porterait beaucoup mieux.

Résistance Internationale au Codex  Alimentarius

 - L’Afrique du Sud a affirmé qu’elle ne se  conformerait pas aux directives du Codex Alimentarius. Le Ministre  de la Santé Manto Tshabalala-Msimang a déclaré que son pays est en  désaccord avec cette dichotomie entre médecine naturelle et  médecine allopathique. Selon ses conclusions, ces dispositions  visent à faire de l’argent à partir de remèdes brevetés et ainsi à  discréditer l’usage de produits naturels.

 - L’Inde ne se  conformera pas aux directives du Codex Alimentarius car il a fait  la promotion de formules pour bébés contenant des ingrédients  chimiques causant une inflammation destructrice du cerveau chez  les bébés sensibles. Le délégué indien chargé de plaider l’affaire  auprès du Codex a été ignoré et lorsqu’il insista pour un débat,  il fut expulsé de la chambre.

 - L’association des médecins et  des chirurgiens américains a exprimé son opposition au Codex afin  d’avoir recours à des remèdes naturels.

- Au Royaume Unis, les  médecins exerçant des médecines naturelles, supportés par des  membres de la Chambre des Lords se sont fermement opposés à la  politique pro-Codex de Tony Blair. Ce dernier est taxé  d’hypocrisie puisqu’il a été révélé publiquement qu’il utilise  pour sa famille des remèdes naturels, des compléments alimentaires  et l’homéopathie. Tony Blair sera Président de l’Union Européenne  précisément à partir du 1er juillet 2005, jour d’application des  directives du Codex. Deux idéologies opposées

Nous assistons à un bras de  fer entre deux conceptions du monde. D’une part l’idéologie  Rockefeller dont l’unique objectif est de vendre sans scrupule,  d’asseoir une hégémonie et un pouvoir mondial. Breveter le vivant,  tout refaire en molécules synthétiques, nier toute médecine autre  que la pharmaco-chimie, c’est l’idée de progrès affiché par tous  les Trusts. Cette politique n’a rien de démocratique et vise à  modeler les masses à son gré en fonction de ses besoins  (fondation, éducation, fausses normes scientifiques, propagande,  destruction des médecines ancestrales et naturelles).

Le Codex  Alimentarius croit pouvoir nier l’opinion des peuples car il pense  pouvoir modeler les masses à son gré. Le Codex pense pour vous,  agit pour vous et vous protège de vous-même selon des normes qui  causeront votre perte.

D’autre part, il existe les vrais  biologistes, les authentiques médecins, les vrais thérapeutes ou  chercheurs souvent violentés par l’arrogance du Cartel  pharmaco-chimique. Ils ont établi le concept de bio-individualité  fondée sur la liberté du choix thérapeutique des patients. Cette  conception suscite chez le patient l’esprit de recherche, offre  des alternatives dans la manière de se soigner. Cette approche  s’adapte au patient plutôt que d’imposer un protocole  thérapeutique de masse non individualisé. La maladie a une  connotation spécifique dans la vie d’un individu, ne pas en tenir  compte c’est ramener l’homme au rang de machine physico-chimique. 

Or l’homme est beaucoup plus que cela…

Au delà de toutes ces  considérations, nous sommes en face de deux conceptions de  l’homme, d’un côté l’homme robot, rouage au service d’un système,  et l’homme holistique reflet microcosmique de l’univers entier,  éternel chaman.

Frédéric  Morin Sources : L’impératrice Nue de Hans Ruesch Mon  Sion/Civis  Drug Story de Morris A  Bealle  
www.kospublishing.com
 www.garynull.com
www.friendsoffreedom.org
www.alliance-natural-health.org
www.ddrath.org

JC PENNES 
jc.pennes@wanadoo.fr 
00336 07 01 71 60

 

Repost 0
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 12:41

Actuellement plus d’un milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable !

Pour remédier à cela, il existe  un distillateur d’eau de mer le Watercone® qui transforme l’eau de mer en eau douce. Ce distillateur se compose d’un récipient noir et d’une cloche conique transparente  de 70 à 80 cms de diamètre
Exposé au soleil le Watercone®  peut produire un maximum de 1.6 litre d'eau distilée par jour.
Exposé au soleil, il peut produire un maximum de 1,6 litres d'eau distillée par jour.



Cette cloche est munie d’une gouttière à l’intérieur où se dépose l’eau se condensant en surface et une ouverture à son sommet pour  récupérer cette eau distillée, tandis que le sel et les impuretés restent au fond du récipient noir.

-1- Versez de l'eau saumâtre dans le récipient noir
- 2 - Couvrez avec la cloche transparente 
- 3 - Renversez la cloche afin de récupérer l'eau pure


La société néerlandaise Aqua-Aero WaterSystems (AAWS) a mis au point un distillateur de forme conique "WaterPyramid" pouvant être installée dans des pays où l'eau est impropre à la consommation humaine. La quantité d'eau produite est liée à l'intensité du rayonnement solaire et à la taille de la structure réalisée en plastique transparente. 

 

Dans les régions tropicales, il est possible de produire jusqu'à 2 litres d'eau par jour et par m².
Ainsi, un système disposant d'une surface de 600 m² (comme dans la photo) peut produire quotidiennement 1.250 litres d'eau distillée.
www.aaws.nl/home.htm
 

  Et pour finir un petite video  sur le Watercone® :

 


Avec Max. 1,6 litres par jour, le Watercone ®
est un appareil idéal pour couvrir
un besoin quotidien d'enfant en eau douce.
UNICEF :
"chaque jour 5000 enfants meurent
à cause de la diarrhée provoquée
par l'insalubrité de l'eau potable"


Sources :
http://www.outilssolaires.com/Jeux/prin-distil.htm
http://www.watercone.com/index.html
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Paprika
  • Le blog de Paprika
  • : Une ballade tout en douceur au gré des images, des mots.... au vent du cœur .... ce qui n'exclue pas des cris d'indignation.... Rêvons ensemble voulez-vous ? :o)
  • Contact

Profil

  • Paprika
  • Je me suis mise à l'écriture il y a une quinzaine d'années comme poussée par une nécessité intérieure ... 
 Des poèmes - en prose pour la plupart - me venaient comme par "magie" 
 J'en ai mis quelques uns en images sur des videos ...
  • Je me suis mise à l'écriture il y a une quinzaine d'années comme poussée par une nécessité intérieure ... Des poèmes - en prose pour la plupart - me venaient comme par "magie" J'en ai mis quelques uns en images sur des videos ...

Rechercher